La Place / Annie Ernaux

Livre

Ernaux, Annie (1940-....)

Edité par Gallimard-jeunesse - 1986

Le récit retrace les étapes principales de la vie d'un père passé de la condition de paysan à celle d'ouvrier grâce à la Première Guerre mondiale, puis à celle de petit commerçant, après son mariage, dans la monotonie et la précarité d'une existence sans plaisir et sans éclat. Prix Renaudot 1984.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

La Femme gelée / Annie Ernaux | Ernaux, Annie (1940-....)

La Femme gelée / Annie Ernaux

Livre | Ernaux, Annie (1940-....) | 1987

Coup de coeur de la médiathèque

Le jeune homme / Annie Ernaux | Ernaux, Annie (1940-....). Auteur

Le jeune homme / Annie Ernaux

Livre | Ernaux, Annie (1940-....). Auteur | 2022

Un texte inédit dans lequel l'auteure relate une aventure vécue avec un homme de trente ans son cadet. Elle explique en quoi cette expérience lui a permis de franchir une étape dans son écriture.

Les Armoires vides / Annie Ernaux | Ernaux, Annie (1940-....)

Les Armoires vides / Annie Ernaux

Livre | Ernaux, Annie (1940-....) | 1974

Un roman âpre, pulpeux, celui d'une déchirure sociale, par l'auteur de La place.

Chargement des enrichissements...

Avis

Avis des lecteurs

  • La Place 5/5

    Dans ce livre, Annie Ernaux nous livre avec sincérité, franchise et justesse, la vie de son père. Un père aimé, aimant. Un père de condition ouvrière, devenu petit commerçant dans la campagne Cauchoise. Un père qui espérait que sa fille, grâce aux études, "serait mieux que lui". Des études qui vont mettre de la distance, des silences entre eux, mais ne feront jamais oublier à l'autrice ses origines. Des origines ouvrières, rurales, qui ne permettent pas à cet homme de se sentir légitime , la "conscience que ce n'est pas assez bien chez nous", "la peur d'être déplacé", "la honte de ne pas savoir bien orthographier les mots", l'obsession de ce que l'on va penser de nous, "le fait de toujours parler avec précaution, d'avoir la peur indicible du mot de travers" ; le patois étant considéré par cet homme "comme quelque chose de vieux, de laid, un signe d'infériorité". Des origines qui certainement se transmettent.et résonnent chez l'autrice. Elle ose et sait si bien les mettre en mots. Merci Annie Ernaux. MB/JT

    M. TAURIN Jacques - Le 06 août 2022 à 18:18